La plateforme d’Épidémiosurveillance en Santé Végétale (ESV) a été mise en place en juillet 2018 par la signature d’une convention-cadre. Cette convention a été signée par six partenaires: le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation - DGAL (Direction Générale de l'ALimentation), INRAE (Institut National de la Recherche pour l'Agriculture, l'Agriculture, l'alimentation et l'Environnement), l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), FREDON France, l'APCA (Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture) et Acta - les instituts techniques agricoles.

Cette plateforme a 2 plateformes homologues : l’une en Épidémiosurveillance en Santé Animale (plateforme ESA) et l’autre en Surveillance de la Chaîne Alimentaire (plateforme SCA).

Les Plateformes d'épidémiosurveillance, dont la Plateforme ESV, sont constituées en application de l'article L.201-14 du Code rural et de la pêche maritime (CRPM), créé par l'ordonnance n°2015-1242 du 7 octobre 2015.

La création des Plateforme ESV et SCA ainsi que la consolidation de la Plateforme ESA ont été actées par une convention cadre tripartite Etat - ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation/Anses/INRAE.

 

La plateforme ESV bénéficie de l’appui d’une équipe opérationnelle associant des statisticiens, informaticiens, épidémiologistes et chargé de communication, cette équipe est basée en grande partie dans l’unité BioSP (BioStatistique et Processus spatiaux) à INRAE d’Avignon et au sein de l’unité « Epidémiologie et Appui à la Surveillance » de l’Anses à Lyon.

Selon les termes de sa convention cadre: "Le champ d’action de la plateforme ESV est de couvrir potentiellement tout danger sanitaire ou phénomène phytosanitaire ayant ou pouvant avoir un impact sur l’état sanitaire des végétaux et les effets non intentionnels des pratiques agricoles sur l’environnement. Elle apporte aux services compétents de l’Etat et aux autres responsables de dispositif de surveillance, un appui méthodologique et opérationnel pour la conception, le déploiement, l’animation, la valorisation et l’évaluation des dispositifs de surveillance sanitaire, ainsi qu’en ce qui concerne l’investigation épidémiologique de phénomènes sanitaires".

Communiqué du ministère : https://agriculture.gouv.fr/lancement-de-la-plate-forme-depidemiosurveillance-en-sante-vegetale